jeudi 2 mars 2006

Le râté, cet artiste

[°oO The Verve - Sonnet]

Hier il a joué sa vie dans un morceau de Gainsbourg. On ne l'a pas applaudi. Ce n'était jamais rien d'autre que sa vie après tout. Il ne s'attendait à rien. Maintenant qu'il connaît son piano, qu'il en a fait son ami, il ne demande plus à réussir. Il veut juste pianoter, à l'étage, dans son vieil appartement. Son public restent ses regrets. Il les écoute du fond de son lit tard dans la nuit, lorsque ceux-ci l'applaudissent à tout rompre. Parfois il en verse des larmes. Non, il n'est pas ému, mais juste malheureux. Il pleure son malheur, la tristesse d'être un râté. Un homme bien que la vie a démoli sous les critiques. Depuis, il chante l'ivresse de ses automnes de solitude assis devant son piano. Et même si on ne l'écoute plus depuis longtemps, il s'obstine à jouer pour lui-même, pour se consoler de voir filer son existence. Il laisse ses doigts glisser sur les bémols de sa vie et enchaîne des accords de profonde détresse. Il est passioné cet homme-là. Et sur son visage on lit l'amour, l'amour de la simplicité. Il possède une fan. Celle-ci est une inconnue aux traits tirés par le temps et ses rythmiques. Il l'a rencontrée un soir, dans un café. Il l'aura vue une seule fois. Elle lui a mumuré une éloge de gentillesse et pendant une minute, il n'était plus un râté, mais bien cet artiste à l'humeur morose, que la vie a dénigré sans pitié...

Posté par Pidy à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le râté, cet artiste

Nouveau commentaire