samedi 13 septembre 2008

Idieut

Dieu, mon cher Dieu, tu t'es trop fâché. J'en ai ri derrière ma fenêtre à te regarder fendre le ciel. Je sais ce que j'ai fait. Je connais mon erreur. Mais crois-moi, commettre l'irréparable n'est pas si insupportable qu'on le pense. J'ai marché dans la boue toute la nuit et mes bottes crottées, je les ai laissées devant ma porte. A quoi bon traîner mon malheur entre mes murs?

Dans la chambre de ma mère, tu m'épies figé dans un cadre imitation "or 24 carats". Dieu, ne me regarde pas ainsi, je t'aime. Je t'aime pour la vie que tu m'as donné, moins pour les dérapages que tu me fais payer. Tu n'es rien d'autre qu'un agitateur dans mon existence, mais je t'y accepte, un peu parce que tu es tout seul, un peu par dépit.

Je porte mes mensonges comme des trophées et traîne les pleurs que je provoque comme le voile d'une jeune mariée. Oui, je commets bien l'irréparable lorsque, devant mon écran, je tape les adresses qui font honte à la société. Tu es le digne témoin de mes agissements, le digne voyeur, juste derrière mon épaule, les yeux fixé sur l'écran. Vieil homme, friant du péché, tu effaces mes crimes, tel un procureur corrompu. Et à chaque fois, je me retrouve face à un tableau blanc, prête à l'encrasser, sous tes yeux effrayés. Tu espères encore et toujours... Changer les gens... si seulement c'était facile...
L'espoir fait vivre, mais toi tu es mort, alors quoi? Tu as trop espéré? Trop prié à la redemption des autres et oublié la tienne. Aujourd'hui, tu graves ta peine sur de lourds nuages de larmes et moi j'expire mon bonheur sur un careau de fenêtre. Cherche l'erreur...

---------------------------------------
Madonna - Voices

Posté par Pidy à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Idieut

Nouveau commentaire